auzoodelausanne.txt.jpg (17849 octets)

éditions du Groupe de L'Ours
autour du lettrisme, des situationistes, de l'Oulipo et la pataphysique
Se dire lettriste toujours, parce que ça fait hurler les chiens.

Accueil

par Antoine Grimaud

Pour Anne Charlotte Viort,
qui a pris le risque d’accueillir un petit chat,
(plût à Dieu qu’elle n’ait point de rôti !),
cette histoire pérécophile et georgeolâtre,
qui lui doit tant.

Histoire
de Toto Pipin,
haut comme trois pommes,
écolier dissipé faisant l’école buissonnière,
d’un petit chat qui vient de perdre sa mère,
de la mère
qui donne d’interminables listes de choses à faire tous les soirs,
de l’oncle Isidore, vieillard sénile et gâteux,
d’un singe sud-américain,
d’un fox-terrier,
d’un rôti, volé et restitué,
d’un évier qui fut propre, chaud et sentant bon,
mais qui ne le resta pas,
d’un Paradis perdu par gourmandise,
d’un randonneur cyclotouriste
et de son panier
d’amour, d’amitié, d’aventure.



Conte anagrammatique en 18 chapitres.
Juin 1997

A V O I R C H A T N O N L E T T R E
N O T R E C H A T O N L E R A V I T
N O E L V O I T C H A T R E N T R A
E T L A V E R T O N C H A T N O I R
C H A T V I T A T E L E R O N R O N
H O N T E C A T V O L E R T R A I N
A V R I L T O N N E C H A T R O T E
R A T I E R C H A T O N V O L E N T
L A V O I R N E T C H A T T R O N E
O R C H A T I L A V E N T E T R O N
T O N C H A T O N L I E V R E R A T
T O N C H A T R E L A V E O N R I T
E T O N N E C H A T L I V R A R O T
V A T E N I R T O N R O L E C H A T
I V R E C H A T R A L E T O N T O N
O N T E V I T E C H A T L A R R O N
R A T O N R I T C H A T E N V E L O
T E R R E N O T C H A T V A L O I N

 

 

 

Avoir chat non lettré ?
Notre chaton le ravit.
Noël voit ; chat rentra.
Et laver ton chat noir.
Chat vit atèle ron ron.
Honte ! Cat ! Voler train !
Avril tonne, chat rote.
Ratier, chaton, volent.
Lavoir net. Chat trône.
Or chat, il a vent, étron.
Ton chaton ! Lièvre ! Rat !
Ton chat relave ? On rit !
Etonné, chat livra rot.
Va tenir ton rôle, chat !
Ivre chat, râle tonton.
On t’évite, chat larron.
Raton rit, chat en vélo.
Terre ! Not’ chat va loin.

1
Toto Pipin, haut comme trois pommes, écolier dissipé faisant l’école buissonnière, trouve dans l’herbe un petit chat qui vient de perdre sa mère. Toto Pipin, haut comme trois pommes, écolier dissipé faisant l’école buissonnière, n’en est pas moins un garçon raisonnable. Ce petit mammifère familier, à poil doux, aux yeux oblongs et brillants, aux oreilles triangulaires, seul dans la nature, sans tatouage dans les oreilles ni carnet de santé, faut-il l’adopter ?

Avoir chat non lettré ?

2
Toto Pipin, haut comme trois pommes, écolier dissipé faisant l’école buissonnière mais garçon raisonnable, a le cœur tendre et généreux. Il contemple le petit chat qui vient de perdre sa mère, haut comme six noisettes, assis sur son derrière. Le petit chat qui vient de perdre sa mère, assis sur son derrière, regarde le garçon grand comme trois pommes dressé devant lui, et miaule. Toto Pipin, haut comme trois pommes, écolier dissipé faisant l’école buissonnière, garçon raisonnable au cœur tendre et généreux, sent une grande affection naître en lui.

Notre chaton le ravit.

3
Nous sommes le vingt-troisième jour du douzième et dernier mois de l’année grégorienne. Toto Pipin, haut comme trois pommes, écolier dissipé faisant l’école buissonnière, garçon raisonnable au cœur tendre et généreux, songe aux fêtes qui approchent. Il ne peut laisser dehors ce petit chat qui vient de perdre sa mère, haut comme six noisettes assis sur son derrière. Il l’emporte, et lui fait franchir le seuil de sa maison douillette.

Noël voit ; chat rentra.

4
Dans la maison douillette, la mère attend son petit garçon raisonnable au cœur tendre et généreux. Elle sait bien qu’il est un écolier dissipé faisant l’école buissonnière, et toujours elle le gronde. Elle lui dresse d’interminables listes de choses à faire tous les soirs. Se laver les mains. Rentrer du bois et sortir les poubelles. Faire ses devoirs. Ranger sa chambre. Manger sa soupe. Ce soir-là, comme tous les autres soirs, elle répète sa liste interminable de choses à faire. Toto Pipin, haut comme trois pommes, écolier dissipé faisant l’école buissonnière, garçon raisonnable au cœur tendre et généreux, comprend, en l’écoutant, qu’elle a vu le petit chat qui vient de perdre sa mère, haut comme six noisettes assis sur son derrière, et qu’elle l’accepte.

Et laver ton chat noir.

5
Dans la maison douillette ne vit pas que la mère qui attend son petit garçon raisonnable au cœur tendre et généreux pour lui dresser d’interminables listes de choses à faire Un mammifère primate y a élu domicile. Pas un cercopithèque ou un macaque, ni un magot, un rhésus un cynocéphale ou un sapajou. Encore moins un chimpanzé, un gorille, un orang-outang ou un ouistiti. Non ! Un simple singe d’Amérique du sud, à la queue démesurée, aux membres graciles, et dont les mains sans pouce donnèrent son nom à sa race. Le petit chat qui vient de perdre sa mère, haut comme six noisettes assis sur son derrière, le contemple, curieux. Il se blottit soudain contre lui, heureux de sentir sa chaleur réconfortante.

Chat vit atèle ron ron.

6
Voici Noël ! Le petit chat qui vient de perdre sa mère, haut comme six noisettes assis sur son derrière, s’empare d’un jouet posé devant la cheminée. De sa petite patte de petit chat qui vient de perdre sa mère, il pousse la petite locomotive qui tire deux petits wagons. La mère, qui attend son petit garçon raisonnable au cœur tendre et généreux, pour lui dresser d’interminables listes de choses à faire, gronde le petit chat qui vient de perdre sa mère. Elle l’accuse de dérober un jouet destiné à Toto Pipin, son petit garçon haut comme trois pommes, écolier dissipé mais garçon raisonnable au cœur tendre et généreux. Un peu snob, la mère qui attend son petit garçon raisonnable au cœur tendre et généreux pour lui dresser d’interminables listes de choses à faire, s’exprime parfois en anglais.

Honte ! Cat ! Voler train !

7
La vie s’écoule, douce, dans la maison douillette. Dehors, les orages de printemps se déchaînent. Le petit chat qui a perdu sa mère depuis longtemps, et s’en souvient à peine, digère, heureux, au coin du feu. Il est repu. Haut comme six noisettes assis sur son petit derrière, il expulse satisfait et sans bruit, un gaz stomacal, par sa petite bouche.

Avril tonne, chat rote.

8
Dans la maison douillette, ne vit pas que la mère qui attend son petit garçon raisonnable au cœur tendre et généreux, pour lui dresser d’interminables listes de choses à faire. Vous savez déjà qu’on y trouve un singe d’Amérique du sud, à la queue démesurée, aux membres graciles, et dont les mains sans pouce donnèrent son nom à sa race. Mais ce n’est pas tout. Le petit chat, dont il est désormais inutile de parler de la mère, s’est fait un nouvel ami, un petit chien terrier à poils lisses et durs, blanc, avec des taches noires. Les deux compères se livrent à des courses folles dans la maison douillette. Ils se poursuivent à travers toutes les pièces, si vifs, qu’on a l’impression qu’ils se soutiennent dans l’air, et se déplacent, sans jamais toucher le sol.

Ratier, chaton, volent.

9
Ne croyez pas surtout que la mère qui attend son petit garçon raisonnable au cœur tendre et généreux pour lui dresser d’interminables listes de choses à faire, n’a pas d’autre occupation. Tout le jour elle nettoie et brique les meubles. Elle les frotte vigoureusement. Elle polit et cire tout ce qui peut reluire. Elle lave, lessive et blanchit les murs et les boiseries. Elle astique et encaustique les parquets. Pendant que nous parlions d’elle, juste à l’instant, elle vient de finir de récurer vigoureusement le grand évier de la cuisine. Il est rutilant. Il sent bon. Il est encore tout chaud. Le petit chat aux souvenirs confus s’y installe voluptueusement, haut comme six noisettes, assis sur son petit derrière.

Lavoir net. Chat trône.

10
Le petit chat qui se demande s’il ne devient pas légèrement amnésique, somnole dans l’évier rutilant, chaud et qui sent bon, haut comme six noisettes, assis sur son petit derrière. Il a trop mangé ce matin, ayant sournoisement volé un morceau de choix dans le panier de la mère, qui fait les courses également, ne se contentant pas d’attendre son petit garçon raisonnable au cœur tendre et généreux pour lui dresser d’interminables listes de choses à faire, de nettoyer, briquer, frotter, polir, cirer, laver, lessiver, blanchir, astiquer, encaustiquer et récurer les éviers. Il a trop mangé le petit chat à l’esprit brumeux. Son petit ventre se gonfle et se ballonne. Un gaz intestinal s’échappe bruyamment par son petit anus. La mère, dont vous ne doutez plus qu’elle est bien occupée, sursaute. Horrifiée elle constate qu’une grande quantité de matière fécale, consistante et moulée, souille l’évier qu’elle a eu tant de mal à rendre rutilant et sentant bon. Qu’il soit chaud lui importe peu.

Or chat, il a vent, étron.

11
Énorme colère de la mère qui attend son petit garçon raisonnable au cœur tendre et généreux pour lui dresser d’interminables listes de choses à faire, et n’arrête jamais de travailler. Elle est outrée. Elle suffoque. Elle en perd presque la parole. Elle jette l’animal honni à la figure de son fils, dont ce n’est vraiment plus le moment de parler de ses qualités. Rassurez-vous, " jeter l’animal ", n’est pour l’instant qu’une image, une façon de parler, du moins dans ce chapitre-ci. Les mots venant soudain à lui manquer, elle hurle les noms de deux rongeurs qui, depuis toujours, lui inspirent la plus grande répugnance.

Ton chaton ! Lièvre ! Rat !

12
Toto Pipin, haut comme trois pommes, écolier dissipé faisant l’école buissonnière mais garçon raisonnable au cœur tendre et généreux, comprend que sa mère est terriblement fâchée, elle qui d’habitude, l’attend tous les soirs, calmement, pour lui dresser d’interminables listes de choses à faire. Un peu paniqué, sentant la situation presque désespérée, il plaide maladroitement la cause du petit chat qui a perdu sa mère. Il affirme que le petit chat, haut comme six noisettes sur son petit derrière, va réparer, tout de suite, et seul, ses bêtises. Mais sa mère sans pitié, lui fait comprendre rapidement, qu’elle trouve du plus haut comique ses piteuses explications.

Ton chat relave ? On rit !

13
Le petit chat, surpris du soudain tohu-bohu ambiant, et qui n’a plus le temps de se demander s’il n’oublie pas quelque chose d’important ces derniers temps, haut comme six noisettes assis sur son petit derrière, craint que cette histoire ne tourne mal pour lui. Dans l’espoir de se concilier les bonnes grâces de la mère qui attend son petit garçon raisonnable au cœur tendre et généreux pour lui dresser d’interminables listes de choses à faire, il saute à terre. Il file dans une cachette connue de lui seul, et décide de restituer le gros rôti qu’il avait chapardé le matin même, et dont il a trop mangé, cause vraisemblable de ses malheurs présents.

Etonné, chat livra rot.

14
C’en est trop ! La mère qui attend son petit garçon raisonnable au cœur tendre et généreux pour lui dresser d’interminables listes de choses à faire, s’empare d’un balai. Elle ouvre grand la porte de la maison douillette, et chasse le petit chat qui se souvient soudain qu’il a perdu sa mère. Elle le projette dehors, haut comme six noisettes, d’un violent coup sur son petit derrière. Elle lui signifie sans douceur qu’il devra désormais s’assumer seul dans le vaste monde.

Va tenir ton rôle, chat !

15
Dans la maison douillette ne vit pas que la mère qui attend son petit garçon raisonnable au cœur tendre et généreux pour lui dresser d’interminables listes de choses à faire. Vous savez qu’on y trouve un singe d’Amérique du sud, à la queue démesurée, aux membres graciles, et dont les mains sans pouce donnèrent son nom à sa race, ainsi qu’un petit chien terrier à poils lisses et durs, blanc avec des taches noires. Cependant, vous ne connaissez pas encore le vieil Isidore, oncle par alliance d’on ne sait plus qui, vieillard stupide, presque totalement gâteux. Il salive et bave devant le rôti posé au sol. Il voit partir le petit chat, haut comme six noisettes sur son petit derrière, qui a perdu sa mère, son ami Toto Pipin au cœur sensible et généreux, et sa maison douillette. N’ayant rien compris à ce qui est arrivé, l’oncle Isidore, stupide et gâteux, émet le bruit rauque de la respiration du moribond. Il rouspète, grogne, marmonne, maugrée. Il accuse stupidement le petit chat haut comme six noisettes sur son petit derrière, qui a perdu sa mère, son ami Toto Pipin généreux et sensible, et sa maison douillette, de s’être livré au vice qui le perdit lui-même dans sa jeunesse, du temps qu’il n’était pas encore gâteux.

Ivre chat, râle tonton.

16
Le petit chat qui a perdu sa mère, son ami Toto Pipin généreux et sensible, et sa maison douillette, erre tout seul dans le vaste monde hostile. Pour manger un peu, il vole quelque nourriture, et espère se faire adopter. Mais tous le rejettent et le chassent, le traitant de voleur.

On t’évite, chat larron.

17
Tant et si bien que le petit chat qui a perdu sa mère, son ami Toto Pipin généreux et sensible, et sa maison douillette, est affamé et piteux. Pour fuir ce pays ingrat, il se glisse dans le panier d’osier fixé sur le porte-bagages de la machine d’un randonneur cyclotouriste. Le paysage défile. Le randonneur cyclotouriste pédale, traitant sa bécane de sale clou dans les côtes trop dures, et aussitôt après de petite reine. Le petit chat qui a perdu sa mère, son ami Toto Pipin généreux et sensible, et sa maison douillette, mais qui a trouvé un panier, aspire voluptueusement l’air vif du matin, haut comme six noisettes, assis sur son petit derrière. Un jeune mammifère rongeur à museau pointu et à très longue queue, s’amuse de voir passer devant lui l’étrange équipage.

Raton rit, chat en vélo.

18
Dieu que le monde est grand ! pense le petit chat qui a perdu sa mère, son ami Toto Pipin généreux et sensible, sa maison douillette, mais qui a trouvé un panier. Emporté par le randonneur cyclotouriste qui pédale, haut comme six noisettes assis sur son petit derrière, il regarde la campagne pendant des heures, perdant rapidement le compte des kilomètres franchis.

Terre ! Not’ chat va loin.

 

 

Accueil Remonter ]

  Free counter and web stats